Archives par étiquette : Vlaams Belang

Propositions sur les illégaux à Bruxelles: une approche radicale s’impose !

Propositions sur les illégaux à Bruxelles: une approche radicale s’impose !Le nombre exact des illégaux qui vivent à Bruxelles n’est pas connu, mais les experts avancent un chiffre de 100.000 personnes. Il s’agit de demandeurs d’asile déboutés et qui ont reçu un ordre de quitter le territoire, mais qui s’incrustent ici sans être dérangés en raison du laxisme du gouvernement, et de personnes qui sont dans l’illégalité sans avoir jamais introduit une demande d’asile.

La présence massive de ces illégaux est une charge considérable pour Bruxelles et les Bruxellois à plus d’un égard. C’est ainsi que le pourcentage des illégaux incriminés dans des faits criminels à Bruxelles est singulièrement élevé. Ils sont aussi une charge financière importante portée par les contribuables bruxellois.

Continuer la lecture

Vlaams Belang: Plan Bruxellois d’Action Contre la Radicalisation

Vlaams Belang: Plan Bruxellois d’Action Contre la RadicalisationIntroduction

La radicalisation islamique n’est pas un problème spécifiquement bruxellois, mais c’est à Bruxelles que ce problème a le plus d’ampleur. C’est un fait indiscutable que l’intégrisme, la criminalité et la ségrégation socioculturelle continuent à s’étendre dans une partie de la population qui, par ailleurs, se pose en ennemi de tout ce qui est considéré comme européen et qui s’installe consciemment et volontairement en marge de notre société.

Continuer la lecture

Tom Van Grieken (Vlaams Belang) : « veillons à ne pas disperser nos forces face aux enjeux civilisationnels »

Tom Van Grieken, président du Vlaams Belang

Le Vlaams Belang a conduit pendant des années un combat politique d’opposition qui l’a porté de victoires en victoires avant de subir la concurrence d’un autre parti nationaliste flamand, mais plus « soft », appelé N-VA. Ce dernier, ayant siphonné une partie des voix du Vlaams Belang, mais aussi des partis du système, est désormais le principal élément, aux côtés des sociaux-chrétiens et libéraux, du gouvernement flamand. Au niveau national belge, ces trois partis se sont adjoint les libéraux francophones afin de gouverner le pays. Tom Van Grieken, le président du Vlaams Belang, a la lourde tâche de diriger son parti qui tente de récupérer les électeurs que lui a pris la N-VA. Le Vlaams Belang remonte désormais dans les sondages.

Lionel Baland, observateur de l’actualité des partis politiques patriotiques en Europe, l’a rencontré pour Breizh-info.com

Continuer la lecture

Colloque du Vlaams Belang sur la souveraineté: morceaux choisis des interventions des orateurs du VB


Marine Le Pen (Front National) et Tom Van Grieken (Vlaams Belang) sur scène.

Tom Van Grieken (Président du Vlaams Belang)

« Chère Marine, je tiens à vous remercier de tout cœur pour votre participation à ce colloque. Nos mouvements respectifs, le Front National et le Vlaams Belang, sont des alliés et des amis de longue date. Donc, je suis certain que notre travail commun au Parlement européen sera fructueux. J’espère en tous cas que la prochaine fois que nous allons pouvoir vous accueillir parmi nous, vous serez devenue présidente de la France ! »

« Il ne faut pas disposer d’une boule de cristal pour comprendre que l’immigration illégale vers l’Europe ne va pas cesser de croître si on n’applique pas rapidement une politique d’immigration correcte et stricte. Au Moyen-Orient et en Afrique, ce ne sont pas des dizaines ou des centaines de milliers de personnes qui attendent une opportunité favorable pour débarquer chez nous, mais des millions de personnes. L’Europe n’est pas en mesure d’accueillir cette masse humaine sans mettre en danger ses propres fondements, sa stabilité, sa prospérité et sa sécurité. Si nous restons les esclaves des petites mains de l’Union Européenne, nous nous suicidons de facto ».

« Les socialistes et les libéraux forment une coalition contre notre société »

« Nos casernes, où nos soldats étaient autrefois entraînés à protéger nos frontières servent aujourd’hui de centre d’accueil pour ceux qui, franchissant frontières après frontières, viennent ici chercher les avantages de notre sécurité sociale. Notre marine, ne sert plus depuis longtemps à nous protéger, elle sert désormais comme ferry-boat pour les demandeurs d’asile entre l’Afrique et l’Europe ».

Continuer la lecture