Archives par étiquette : Patrick Mombaerts

Devoir de mémoire: 22 septembre 1998 – Semira Adamu, par Patrick Sessler

Un ministre de l’IntérieuDevoir de mémoire: 22 septembre 1998  -  Semira Adamu, par Patrick Sesslerr qui démissionne, des policiers inculpés, des organisations de gauche hystériques, bref, le décès le 22 septembre 1998 de la demandeuse d’asile Semira Adamu (20 ans) fut un événement marquant de la fin du 20ème siècle dans notre pays. Ajoutons tout de suite qu’on a rarement vu dans notre histoire une telle instrumentalisation politique et médiatique de la souffrance humaine.

Semira Adamu était née le 15 avril 1978 à Kakaduna. Elle était une demandeuse d’asile nigériane qui prétendait fuir son pays pour échapper à un mariage forcé. Sa demande d’asile rejetée, elle avait été transférée au Centre de rapatriement 127bis à Steenokerzeel. Elle fut l’objet de plusieurs tentatives d’expulsions forcées par avions de ligne. Ces dernières ayant échoué, du fait de sa rébellion systématique.

Continuer la lecture

Devoir de mémoire: L’affaire Bruno Togni (1982), par Frédéric Erens et Patrick Sessler

Devoir de mémoire: L’affaire Bruno Togni (1982), par Frédéric Erens et Patrick sessler“Aucune ligue des droits de l’homme n’a élevé de protestation. Les mouvements «progressistes» n’ont pas manifesté dans les rues. Le Parlement n’a pas tremblé d’indignation… Bruno Togni, il est vrai, n’avait pas la chance d’être Nord-Africain, Turc ou Patagon: juste un petit Belge honnête, tranquille, qui terminait sa dernière année d’humanités scientifique».

C’est en ces termes que commence l’article que le journaliste Michel Marteau consacrait à «l’Affaire Bruno Togni» dans Le Soir Illustré du 25 mars 1982.

L’article en question, intitulé «Massacré par une bande de voyous !» plante d’emblée le décor: «Pris à partie par des Nord-Africains dans une soirée dansante, Bruno Togni, étudiant bien tranquille, a été assassiné de la plus horrible façon sous les yeux de ses copains. Un fait divers atroce qui, une fois de plus, amène les Bruxellois à s’interroger: «Sommes-nous encore en sécurité chez nous ?».

Continuer la lecture