Archives par étiquette : Mosquée

Bruxelles-Uccle: enfin une mosquée

la manifestation du Vlaams Belang d'octobre 2011 à Uccle

la manifestation du Vlaams Belang d’octobre 2011 à Uccle

Le Soir de ce lundi 10 mars titrait en page 16: «Le chantier de la mosquée est lancé». Il s’agit de la première mosquée qui ouvrira ses portes à Uccle. Les travaux ont commencé depuis peu sur le site des « anciennes carrosseries d’Uccle, chaussée d’Alsemberg guère loin de la plaine du Bourdon.

Continuer la lecture

Le Vlaams Belang s’oppose à la construction d’une nouvelle mosquée à Bruxelles

Il existe des plans pour laLe Vlaams Belang s’oppose à la construction d’une nouvelle mosquée à Bruxelles construction d’une nouvelle mosquée sur le territoire de la petite commune bruxelloise de Berchem-Sainte-Agathe. Cette mosquée devrait, une fois construite, être la plus grande mosquée de Bruxelles et pourra accueillir 800 personnes.

Le Vlaams Belang est résolument opposé à la construction de nouvelles mosquées à Bruxelles, contrairement au conseiller communal Demullier de la N-V-A qui déclare que la plus grande mosquée ne doit pas être construite dans l’une des plus petites communes mais plutôt à Molenbeek-Saint-Jean où, selon lui, ces mosquées sont nécessaires. Le Vlaams Belang, quant à lui, est d’avis qu’aucune mosquée n’a sa place ni à Bruxelles ni ailleurs dans le pays.

Continuer la lecture

D’après le Conseil de l’Europe, la Belgique discrimine les musulmans (publié le 25/07/2012 sur Facebook), par Patrick Sessler

NoD’après le Conseil de l’Europe, la Belgique discrimine les musulmans (publié le 25 juillet 2012 sur Facebook)s institutions européennes (vous savez, ce gros fromage malodorant) se sont dotées d’un commissaire aux droits de l’homme. L’actuel porteur du titre s’appelle Nils Muiznieks, un Letton spécialiste du sujet. Selon ses services, les musulmans d’Europe «se heurtent régulièrement à diverses formes de préjugés, de discriminations et de violence». Les musulmans seraient visés par des lois et des politiques restrictives et la Belgique est particulièrement épinglée. Le site du Conseil précise que «De grands partis ont exploité la défiance à l’égard des musulmans en soutenant des mesures législatives restrictives contre cette population. En Belgique et en France, des lois prévoient depuis 2011 une amende ou un «stage de citoyenneté» pour les femmes portant un voile intégral dans l’espace public». Le Commissaire évoque l’incessant débat sur l’échec du multiculturalisme: «Les musulmans sont devenus la figure emblématique de l’altérité dans le discours de la droite populiste en Europe. Des partis politiques ont jeté l’opprobre sur les musulmans à des fins électoralistes en Autriche, en Bulgarie, en Belgique…».

Une étude de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne attesterait des discriminations dont les musulmans seraient les victimes, prenant comme exemple les contrôles considérés comme abusifs de la part de policiers ou de douaniers. Nils Muiznieks conclut en faisant la leçon aux Européens: «Il est temps de reconnaître que les musulmans font partie intégrante des sociétés européennes et qu’ils ont droit à l’égalité et à la dignité». L’apprenti sorcier Muiznieks n’hésite pas à appeler à un «printemps européen qui éradiquerait les formes nouvelles et anciennes de racisme et d’intolérance».

Première remarque liminaire: même un citoyen du monde comme ce Commissaire européen, du haut de son éminente fonction et de son statut social plus que privilégié, n’est pas en état de mesurer l’échec réel des politiques d’intégration menées dans la plupart des pays de l’Union Européenne. Ensuite, pour l’autochtone moyen de Bruxelles, de Liège, d’Anvers, de Paris ou d’Amsterdam, le constat est clair, loin des théories abstraites et stupidement moralisatrices: les musulmans bénéficient d’un statut de super-citoyens que leurs prodiguent nos gouvernements, reléguant du même coup les autochtones au statut de citoyens de deuxième catégorie (justes bons à travailler pour financer la première catégorie et leurs alliés politiques belges et européens)

Quelques exemples :

  • Cessation de la mixité dans les piscines pour les élèves des écoles à forte densité musulmanes.
  • Disparition de la viande de porc dans les menus scolaires dans les écoles à forte densité musulmane.
  • Ecoles disposant du statut dit de «discrimination positive»
  • Règlement d’exception pour permettre l’abattage rituel (accomodements raisonnables).
  • Reconnaissance de la religion musulmane et payement des salaires des imams.
  • Financement des  mosquées.
  • Arsenal judiciaire ultra-coercitif contre toute forme de racisme, également sur base des croyances religieuses.
  • A Molenbeek-Saint-Jean, un quartier entier est quasi déclaré zone interdite pour les autochtones pendant le ramadan.
  • Droit de vote et d’éligibilité octroyé aux étrangers (et donc aussi aux musulmans). Aujourd’hui, au moins 20% des élus du Parlement Bruxellois sont de confession musulmane (15 sur 75).
  • Monopole de fait pour l’accès à l’emploi au sein de la STIB (Tram , Bus, Métro).
  • Généralisation d’un des concepts les plus abracadabrants de la dinguerie sociologique dominante: les «accommodements raisonnables». Il s’agit d’un système qui permet de contourner toutes les lois qui pourraient gêner les musulmans dans la pratique de leur religion de leurs us et coutumes (piscine, ramadan, voile, abattage rituel, cantine scolaire, etc… etc… etc…).

Il est impossible de rendre ici le cadastre exhaustif du statut privilégié du musulman en Belgique, mais ce qui précède suffit à démontrer à Monsieur Muiznieks que nos musulmans locaux ne «se heurtent» pas «régulièrement» « à diverses formes de préjugés, de discriminations et de violence», loin s’en faut. Au contraire.

Par contre, une étude des échecs scolaires, de la population carcérale, des crimes et délits et du chômage risquent, peut-être, de démontrer que cette population y est surreprésentée. Ce qui pourrait effectivement susciter un phénomène de rejet de la part de l’Etat. Mais nous venons de démontrer le contraire.

Muiznieks appelle au «printemps européen qui éradiquerait les formes nouvelles et anciennes de racisme et d’intolérance». Le Letton s’est dangereusement laissé entraîner par son enthousiasme. L’observateur attentif de l’actualité internationale aura remarqué que les «printemps» auxquels il fait allusion ont fait un paquet de victimes pour apporter quoi ? La démocratie et la tolérance ? Rien du tout ! Cela a servi de tremplin au fondamentalisme religieux.

Le «printemps européen» sera en réalité un nouveau «printemps arabo/musulman». Que risque-t-il de se passer ? Soit les musulmans présents en Europe s’inspirent des «bons» conseils du Commissaire et entrent en guerre contre les supposés «racistes» européens pour conquérir de nouveaux droits et même prendre les rennes du pouvoir, soit les supposés «racistes» européens se révoltent contre leur statut de citoyens de deuxième zone et perpètrent un carnage inégalé. Soit encore, les deux scenarii se chevauchent dans une terrible guerre civile. Heureusement, nous n’en sommes pas encore là.

Conclusion: Monsieur le Commissaire Muiznieks et son Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne sont de dangereux naïfs (j’allais dire crétins, mais je reste bien élevé). Une fois de plus, les meilleurs sentiments risquent de provoquer les pires catastrophes. L’Histoire se répète parce que nous avons des dirigeants déconnectés de la réalité, enfermés dans leurs bulles morales, en totale rupture avec les faits.

Les habitants des grandes villes européennes, qui vivent au quotidien la réalité musulmane, sont bien plus compétents pour débattre du phénomène qu’un Commissaire européen au salaire  scandaleusement élevé.

Soyons bons démocrates et attendons les élections, les Muiznieks et compagnie pourront témoigner non pas d’un «printemps islamo-européen» mais du «Chant du cygne» des fadaises immigrationnistes. C’est ce que nous pouvons souhaiter de mieux pour l’Europe.