Archives par étiquette : Justice

QUE VOULONS NOUS ? par Patrick Sessler

Patrick Sessler

Patrick Sessler

Trahi par les gouvernants, le peuple a le devoir de se rebeller. Il est temps qu’on fasse entendre notre voix, tous ensemble, avec tous les autres groupes de patriotes européens. C’est s’unir ou disparaître. À Bruxelles et en Flandre, le choix est facile, c’est le Vlaams Belang qui est en première ligne, comme c’est le cas du Front National en France.

QUE VOULONS NOUS ?

1. Nous voulons défendre et promouvoir l’identité européenne de notre continent.

2. Nous voulons balayer les corrompus et les incompétents qui ont la prétention de nous gouverner.

3. Nous voulons la mise en place d’une véritable démocratie avec le référendum d’initiative populaire (dont le résultat fait office de décision irrévocable) comme axe principal. Ainsi, la question du déferlement d’illégaux que nous connaissons nécessite, évidemment, une consultation populaire. Imposer cette immigration illégale massive comme c’est le cas aujourd’hui va clairement à l’encontre de la volonté des peuples européens.

4. Nous voulons le respect le plus absolu pour les héros des temps modernes qui sont celles et ceux qui se lèvent le matin pour aller travailler.

5. Nous voulons que le pays cesse d’être le caniche de toutes les instances internationales: Union européenne, ONU, OTAN, etc… Il faut apprendre à dire NON quand l’intérêt supérieur de notre peuple est en cause.

6. Nous voulons que cessent immédiatement les discriminations à l’égard de notre peuple, dans les logements sociaux, à l’embauche, etc.

7. Nous voulons que la sécurité soit rétablie sur l’ensemble du territoire: la sécurité est la première des libertés. Pour cela, au lieu d’envoyer notre armée aux quatre coins du monde, il faut l’engager dans une guerre sans merci contre la criminalité.

8. Nous voulons une Justice rapide qui applique les lois et qui prononce des peines véritablement purgées.

9. Nous voulons que le service public redevienne vraiment un service au public; avec des fonctionnaires compétents, dotés d’une conscience professionnelle irréprochable et ayant un comportement aimable et souriant. Nous payons suffisamment d’impôts pour l’exiger.

10. Nous voulons un enseignement de qualité avec de vraies évaluations sous forme de points. L’enseignement en Communauté française est aujourd’hui une machine à fabriquer des crétins.

11. Nous voulons que la protection animale et la lutte contre les cruautés soient une priorité au même titre que les autres points ci-dessus. L’arsenal juridique doit être renforcé à cet égard et que des peines de prison ferme soient prononcées et appliquées.

Cette liste n’est pas exhaustive, mais vous conviendrez que c’est un bon début.

Patrick Sessler

Trafic de drogues et impunité: pourquoi ?, par Guillaume Faye

Trafic de drogues et impunité: pourquoi ?, par Guillaume FayeIl ne faut pas se payer de mots: le trafic de stupéfiants et, en particulier de cannabis, est peu réprimé et parfaitement toléré par l’État. Notamment dans les «cités» à population immigrée. Le laxisme judiciaire et le manque de moyens d’une police débordée n’expliquent pas tout. L’État français laisse faire. Voici pourquoi.

Un récent reportage de M6 (3 novembre, émission Capital) montrait à quel point il est facile de se procurer des doses de cannabis dans les cités des quartiers nord de Marseille. Les dealers (tous à 100% d’origine maghrébine et africaine) utilisent même des techniques marketings dignes de la grande distribution: choix entre les produits, emballages soignés d’herbe selon les qualités, cadeaux symboliques aux clients (briquets, papier à rouler), etc. Bref, un vrai commerce installé, pignon sur rue. Le même commerce a lieu au grand jour dans de nombreuses zones de France, notamment en région parisienne, à population immigrée majoritaire ou importante. Aucun danger pour les dealers.

Continuer la lecture

Prisons belges: plus de fouilles systématiques, par Patrick Sessler

On connaît le malaiPrisons belges: plus de fouilles systématiques, par Patrick Sesslerse qui règne dans nos prisons. Surpopulation, bâtiments vétustes et inadaptés, détenus qui parlent des langues incompréhensibles pour le personnel, radicalisation islamique, drogues, armes, GSM, autant de problèmes connus qui influent sur la sécurité au sein de l’institution pénitentiaire.

Les gardiens de prison se mettent de plus en plus régulièrement en grève parce que leur sécurité n’est pas du tout assurée et on les comprend.

Continuer la lecture

Interview: Dominiek Lootens, député et chef de groupe du Vlaams Belang au Parlement bruxellois

Dominiek Lootens, député bruxelloisDominiek Lootens, vous êtes député bruxellois depuis longtemps, vous avez vécu la mise en place de cette Région bruxelloises avec ses hauts et ses bas, quel est votre souvenir le plus marquant comme parlementaire ?

Il s’agit plutôt d’une impression générale. Le sentiment que les institutions bruxelloises, pléthoriques et complexes ne remplissent pas leur rôle. On a parfois l’impression que ces institutions n’existent que pour donner des mandats et des jobs aux amis politiques des partis de pouvoir. Les Bruxellois savent comme moi que toute une série de problèmes qui existent depuis des dizaines d’années n’ont toujours pas trouvé de solutions. Prenons par exemple la mobilité ou la sécurité ou encore l’immigration et l’échec récurent de l’intégration.

Personne n’a jamais voulu, dans les majorités successives, prendre ces problèmes à bras le corps, avec courage et détermination, sans calculs électoraux. Je constate également que la plupart des partis qui gouvernent ou qui ont gouverné à Bruxelles sont l’otage de leur électorat allochtone. Un ancien échevin PS de Jette, avouait récemment dans Le Vif que sans cet électorat, le PS végéterait à 10% au lieu de 20% actuels, c’est tout dire. Le fait qu’aujourd’hui un quart des élus au sein du Parlement Bruxellois sont musulmans est certainement un des constats qui m’a le plus marqué au cours de ces dernières années.

Continuer la lecture

Une pharmacie sur 25 sera braquée en 2013, par Patrick Sessler

C’est ce qu’il resUne pharmacie sur 25 sera braquée en 2013, par Patrick Sesslersort d’une étude publiée par le Syndicat Neutre pour Indépendants (SNI) au début de cette année. La Dernière Heure n’hésite pas à parler d’«une effroyable projection». En 2011, ce sont 210 pharmacies qui ont été braquées. Christine Mattheeuws, la présidente du SNI souligne qu’il ne s’agit pas de statistiques extrapolées sur une année mais sur les cinq dernières années. Le phénomène prend cette ampleur, entre autre, parce que les braqueurs savent que les transporteurs de fonds disposent de systèmes qui détruisent l’argent en cas d’attaque et une partie de ces criminels se sont orientés vers le commerce de détail où circule plus de cash. Il faut ajouter sans aucun doute le phénomène de la circulation de milliers d’individus qui séjournent ici en parfaite illégalité et dont certains ne subviennent à leurs besoins qu’en commettant ce type de braquage «de proximité».

Continuer la lecture