Archives par étiquette : Illégaux

Propositions sur les illégaux à Bruxelles: une approche radicale s’impose !

Propositions sur les illégaux à Bruxelles: une approche radicale s’impose !Le nombre exact des illégaux qui vivent à Bruxelles n’est pas connu, mais les experts avancent un chiffre de 100.000 personnes. Il s’agit de demandeurs d’asile déboutés et qui ont reçu un ordre de quitter le territoire, mais qui s’incrustent ici sans être dérangés en raison du laxisme du gouvernement, et de personnes qui sont dans l’illégalité sans avoir jamais introduit une demande d’asile.

La présence massive de ces illégaux est une charge considérable pour Bruxelles et les Bruxellois à plus d’un égard. C’est ainsi que le pourcentage des illégaux incriminés dans des faits criminels à Bruxelles est singulièrement élevé. Ils sont aussi une charge financière importante portée par les contribuables bruxellois.

Continuer la lecture

Affaire des 27 guinéens: la CRER (Coordination contre les rafles, les expulsions et pour la régularisation) commet un délit en appuyant les demandeurs d’asile déboutés, c’est-à-dire des illégaux. Il faut poursuivre pénalement cette association et la condamner si l’on veut respecter l’Etat de droit, par Patrick Sessler

"Main dans la main, retourner d'où l'on vient"

« Main dans la main, retourner d’où l’on vient »

En Belgique, la gestion de la politique des étrangers revient à la Direction générale de l’Office des Étrangers. Les règles de base applicables en la matière sont prescrites par la loi du 15 décembre 1980 sur l’accès au territoire, le séjour, l’établissement et l’éloignement des étrangers et dans l’arrêté royal d’exécution du 8 octobre 1981.

L’article 77 de cette loi punit « quiconque [qui] sciemment assiste un étranger […] dans […] son entrée illégale ou son séjour illégal dans le Royaume […] » à une peine de huit jours à trois mois et d’une amende de 1700 € à 6000 €. Le texte prévoit cependant que cette réglementation «ne s’applique pas si l’aide ou l’assistance est offerte à l’étranger pour des raisons principalement humanitaires».

Continuer la lecture

Belgique: un sursaut patriotique contre l’effondrement de la protection sociale, par Patrick Sessler

Belgique: un sursaut patriotique contre l’effondrement de la protection sociale, par Patrick Sessler«La protection sociale belge est 20 milliards trop chère», titrait La Dernière Heure ces jours-ci. Le réveil est plutôt brutal. Le Bureau du Plan qui considère que l’effort à fournir pour équilibrer les finances publiques, en tenant compte du vieillissement, serait de 5% du PIB, soit 20 milliards d’euros selon la valeur actuelle du PIB: «Sans assainissement ni réformes structurelles supplémentaires, les dépenses de pension et de soins de santé augmenteront de 7,1 pc du Produit Intérieur Brut (PIB) en 2060 tandis que les autres dépenses sociales ne se réduiraient que d’1,7% en 2060».

Continuer la lecture

Bouillabaisse journalistique: culture et génétique, par Patrick Sessler

Je lisais en somnolant la derniBouillabaisse journalistique: culture et génétique, par Patrick Sesslerère livraison du Vif/L’Express (1), un œil déjà fermé, je me laissais bercer par le dernier slogan à la mode, «La Belgique décomplexée», visant à effacer en quelques matches de football l’échec complet des politiques dites d’intégration. Vincent Kompany et Stromae incarnent, nous dit-on, un modèle d’intégration parfait qui doit nous faire oublier les zones de non-droit, la composition de la population carcérale, les voleurs d’enfants roms, les illégaux sidaïques et, entre autres, les viols collectifs. Ce qui n’enlève rien au fait que nos deux vedettes sont talentueuses et éminemment sympathiques et qu’elles ne peuvent en aucun cas être liées aux horreurs citées, mais, pour quelques exemples positifs, combien de dérapages ?

Continuer la lecture

Illégaux afghans: RAUS, BUITEN, OUT, DEHORS !

"Main dans la main, retourner d'où l'on vient"

« Main dans la main, retourner d’où l’on vient »

Les forces de l’ordre ont dû faire usage de gaz lacrymogènes hier 25 septembre lors d’une manifestation d’illégaux afghans. Ces illégaux ont lapidé les forces de l’ordre et occasionné des déprédations au mobilier urbain de l’espace public.

La police a procédé à 50 arrestations administratives et une arrestation judiciaire.

Incroyable: les autres manifestants ont été invités par les forces de l’ordre à quitter les lieux comme préalable à la relaxe éventuelle des personnes arrêtées, relate une journaliste de l’agence Belga. La police négocie donc avec des illégaux pour libérer ceux parmi eux qui ont été arrêtés en flagrant délit.

Continuer la lecture