Archives par étiquette : Illégal

Bruxelles: Yvan, le terrible Mayeur, par Patrick Sessler

Bruxelles: Yvan, le terrible Mayeur, par Patrick SesslerParmi les nombreuses catastrophes qui s’abattent sur la ville de Bruxelles, le catapultage d’Yvan Mayeur à la fonction de Bourgmestre est une très vilaine cerise sur un gâteau bien décati. Son derrière n’était pas encore bien assis sur le trône mayoral qu’éclatait le juteux scandale du Samu Social (on se rappelle que Mayeur, alors président du CPAS, avait fait nommé une créature qui empochait un salaire monstrueux pour s’occuper des sans-abris, sans compter un logement de prestige pour un loyer ridiculement bas. Depuis lors, cette pauvresse à remplacer son ami Mayeur à la tête du CPAS). Disons-le tout net, Yvan Mayeur est l’archétype du cacique socialiste. Ces gens-là pensent qu’ils peuvent tout se permettre parce qu’ils sont convaincus de défendre des idées supérieurement généreuses. Le Bien qu’ils apportent au genre humain est d’une telle ampleur et leurs sentiments sont d’une telle pureté qu’ils ont définitivement quitté leur enveloppe charnelle pour se transformer en divinité absolue. Ils ne se sentent donc plus astreints à se plier aux petites contingences insignifiantes imposées au vulgum pecus. Comme la loi, par exemple.

Continuer la lecture

Devoir de mémoire: 22 septembre 1998 – Semira Adamu, par Patrick Sessler

Un ministre de l’IntérieuDevoir de mémoire: 22 septembre 1998  -  Semira Adamu, par Patrick Sesslerr qui démissionne, des policiers inculpés, des organisations de gauche hystériques, bref, le décès le 22 septembre 1998 de la demandeuse d’asile Semira Adamu (20 ans) fut un événement marquant de la fin du 20ème siècle dans notre pays. Ajoutons tout de suite qu’on a rarement vu dans notre histoire une telle instrumentalisation politique et médiatique de la souffrance humaine.

Semira Adamu était née le 15 avril 1978 à Kakaduna. Elle était une demandeuse d’asile nigériane qui prétendait fuir son pays pour échapper à un mariage forcé. Sa demande d’asile rejetée, elle avait été transférée au Centre de rapatriement 127bis à Steenokerzeel. Elle fut l’objet de plusieurs tentatives d’expulsions forcées par avions de ligne. Ces dernières ayant échoué, du fait de sa rébellion systématique.

Continuer la lecture

Magda De Block: triomphalisme déplacé

Suite à une question écrite posée 20111207_cartoon_deblock[1]par le député du Vlaams Belang Filip De Man, la Secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration, Magda De Block, indiquait qu’en 2012, 76.497 ordres de quitter le territoire (OQT) avaient été donnés à des demandeurs d’asile déboutés et à des étrangers illégaux. Un nombre encore jamais atteint jusqu’à présent.

Il est vrai que, depuis 2012, une nouvelle méthode est d’application pour l’établissement des statistiques. Quoi qu’il en soit, il est bien question d’une augmentation spectaculaire des délivrances de ces OQT. Selon la nouvelle méthode de comptabilisation, il n’en avait été délivré que 53.151 en 2011. Il s’agit donc d’une augmentation de 44% entre 2011 et 2012. Il est inutile de rappeler que l’immense majorité de ces «ordres» sont jetés à la poubelle par les étrangers illégaux concernés.

Continuer la lecture

Une pharmacie sur 25 sera braquée en 2013, par Patrick Sessler

C’est ce qu’il resUne pharmacie sur 25 sera braquée en 2013, par Patrick Sesslersort d’une étude publiée par le Syndicat Neutre pour Indépendants (SNI) au début de cette année. La Dernière Heure n’hésite pas à parler d’«une effroyable projection». En 2011, ce sont 210 pharmacies qui ont été braquées. Christine Mattheeuws, la présidente du SNI souligne qu’il ne s’agit pas de statistiques extrapolées sur une année mais sur les cinq dernières années. Le phénomène prend cette ampleur, entre autre, parce que les braqueurs savent que les transporteurs de fonds disposent de systèmes qui détruisent l’argent en cas d’attaque et une partie de ces criminels se sont orientés vers le commerce de détail où circule plus de cash. Il faut ajouter sans aucun doute le phénomène de la circulation de milliers d’individus qui séjournent ici en parfaite illégalité et dont certains ne subviennent à leurs besoins qu’en commettant ce type de braquage «de proximité».

Continuer la lecture