Archives par étiquette : Allocations familiales

Suspendre les allocations familiales pour lutter contre l’absentéisme dans les écoles bruxelloises, par Patrick Sessler

Suspendre les allocations familiales pour lutter contre l’absentéisme dans les écoles bruxelloises, par Patrick SesslerLe Vlaams Belang le propose depuis des années en rencontrant une opposition farouche de la part de tout ce que le pays compte de gauchistes dans tous les milieux. On a hurlé aux «discriminations» aux «heures les plus noires de notre Histoire» et au «fascisme affirmé».

Pourtant, la loi est formelle: «Le droit aux allocations familiales peut être suspendu temporairement si l’enfant bénéficiaire ne répond plus aux conditions requises pour le droit aux allocations familiales. Il s’agit dans ces cas: de l’exercice d’une activité lucrative; de la perception d’une allocation sociale; de l’absentéisme scolaire; de maladie pendant la période d’attente du demandeur d’emploi».

Le nouveau président de la Chambre de Commerce et de l’Union des Entreprises de Bruxelles, Thierry Willemarck, vient de jeter un pavé dans la marre en affirmant qu’il faudrait pouvoir suspendre les allocations familiales pour lutter contre l’absentéisme dans les écoles bruxelloises.

Continuer la lecture

Observatoire de l’immigration

Allocations familiales pour  45.000 enfants à l’étranger

suicide-gun1[1]Chaque année, l’ONAFTS paye des allocations familiales pour des enfants non belges qui vivent à l’étranger. Leur augmentation est constante. En 2012, il y avait 44.176 enfants bénéficiaires, 33.858 en 2006 et 16.714 «à peine» en 1989. En 2012, 42.182 bénéficiaires résident dans un pays de l’Union européenne. Le montant total versé en 2012 est de 69 millions d’euros. (Source: La Capitale du 18 mai 2013)

Continuer la lecture

Hold-up sur notre épargne, par Patrick Sessler

Les prévisions budgétairLes prévisions budgétairTirelire casséees du gouvernement belge sont toujours en dessous de la réalité, ce qui le force à user de toutes sortes d’entourloupettes pour nouer les deux bouts.es du gouvernement belge sont toujours en dessous de la réalité, ce qui le force à user de toutes sortes d’entourloupettes pour nouer les deux bouts.

Au même moment, les 240 milliards d’euros qui dorment sur nos comptes d’épargne font loucher d’envie nos grands argentiers. La tentation est grande de se servir.

Continuer la lecture