Pays-Bas: l’assassin de Pim Fortuyn sera libéré en mai

20140328pimfortuyn[1]Pim Fortuyn fut un homme politique néerlandais, né le 19 février 1948 à Velsen (Hollande-Septentrionale, Pays-Bas) et assassiné le 6 mai 2002 à Hilversum (même province) par un écologiste radical, qui, comme il l’a déclaré à son procès en 2003, le faisait pour l’empêcher d’«exploiter les musulmans comme boucs émissaires».

Le 9 février 2002, il déclarait au journal néerlandais De Volkskrant que seize millions d’habitants aux Pays-Bas était un chiffre de population suffisamment élevé, et qu’accepter chaque année l’accueil de 40.000 demandeurs d’asile dans le pays était une politique qui devait cesser. Il dit en outre qu’à ses yeux, l’article 7 de la constitution, qui garantit la liberté de parole, était plus important que l’article premier, qui s’oppose à toute discrimination.

Le 6 mai 2002, neuf jours avant les élections générales qui donnaient Fortuyn grand vainqueur et futur premier ministre, celui-ci était froidement abattu sur un parking à la sortie d’un studio de radio.

Exactement 12 ans après cet assassinat, début mai 2014, Volkert van der Graaf, son meurtrier, sera remis en liberté.

Cela faisait déjà un petit temps qu’il en était question, maintenant la décision est prise. Volkert van der Graaf a purgé deux tiers de sa peine et est donc effectivement libérable.

Les libéraux néerlandais du VVD trahissent ainsi une promesse formelle qu’ils avaient formulée selon laquelle le tueur de sang-froid n’entrerait jamais en ligne de compte pour une libération anticipée. Malgré le fait que le très populaire Pim Fortuyn ait perdu la vie il y a 12 ans, l’annonce de cette libération est un choc chez nos voisins du Nord.

“En parfaite santé mentale”

Le gouvernement néerlandais insiste sur le fait que Volkert van der Graaf devra se plier à de strictes conditions, ceci afin d’endiguer la vague de protestations qui enfle de jour en jour. Selon un rapport psychiatrique, l’assassin de Fortuyn serait aujourd’hui en parfaite santé mentale. Personne n’en a jamais douté. Van der Graaf savait très bien ce qu’il faisait et a été reconnu totalement responsable de ses actes lorsqu’il abattait Pim Fortuyn de 5 balles.

Activiste écolo et fondamentaliste de la multiculture

Selon les psychiatres, «il y a peu de risque de récidive». Mais c’est précisément ce qui pose question. Lors de la récente vague d’hystérie qui s’est développée contre Geert Wilders, quelqu’un a crié «où est Volkert ?». Il est évident qu’un paquet de gauchistes «tolérants» considère Wilders comme une cible légitime. Rappelons à cet égard ce qu’avait proféré le journaliste Chris Dusauchoit de la VRT (télévision de service public flamande) après l’assassinat de Pim Fortuyn: «One down, twenty to go» (Un descendu, encore vingt à flinguer).

Quelqu’un s’est-il posé la question de savoir si Volkert van der Graaf était encore hanté par les mêmes convictions politiques douteuses et s‘il avait toujours la même vison de la société qu’au moment où il commettait son crime affreux ? Pense-t-il toujours que la violence est un moyen légitime pour arriver à ses fins politiques ? C’est parfaitement possible puisque cet activiste écolo doublé d’un fondamentaliste de la multiculture, n’a jamais formulé le moindre regret pendant toutes ces années. Cette libération laisse un goût amer dans la bouche. Il est incompréhensible que cet assassin n’ait pas été condamné à la perpétuité à l’époque. En conséquence il pourra à nouveau circuler librement d’ici peu. Cet assassinat n’était pas un assassinat comme un autre. Il s’agissait d’un assassinat politique. D’un attentat contre la liberté d’expression, d’un attentat contre le cours normal des élections et donc un attentat contre la démocratie. La perpétuité aurait dû être le peine minimum dans son cas.

Une réflexion au sujet de « Pays-Bas: l’assassin de Pim Fortuyn sera libéré en mai »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *