«On se moque de nous »: la Guinée refuse le retour sur son territoire de 27 demandeurs d’asile déboutés, par Patrick Sessler

La Guinée refuse actuellement le retour sur son territoire de 27 demandeurs d’asile déboutés en Belgique.La Guinée refuse actuellement le retour sur son territoire de 27 demandeurs d’asile déboutés en Belgique. Plusieurs de ces demandeurs d’asile sont des criminels annoncent Sudpresse, De Standaard et Het Nieuwsblad. L’État guinéen a signifié au cabinet de la secrétaire d’Etat à l’Asile et à la Migration Maggie De Block son refus d’autoriser l’atterrissage de l’avion militaire les transportant.

Rappelons que Maggie De Block avait rencontré le président de la Guinée, Alpha Condé, en février et qu’il avait été convenu que ces rapatriements ne devaient poser aucun problème.

Ces demandeurs d’asile guinéens vont donc devoir rester encore pendant quelque temps au centre fermé 127 bis de Steenokkerzeel aux frais des contribuables belges.

“C’est très ennuyeux. Nous avons mis beaucoup d’énergie dans ce rapatriement. On se moque de nous ! Et cela ne nous fait pas rire du tout !” fulmine-t-on au cabinet de la secrétaire d’État.

Pourtant, la Guinée jouit de l’aide de la Belgique et de l’Union européenne :

« L’Union européenne vient de débloquer 140 millions d’euros en faveur de la Guinée dans le cadre du 10ème Fonds européen de développement (FED) pour la période 2008-2013, gelé depuis plusieurs années pour cause «d’absence de démocratie».

Auparavant, des fonds supplémentaires en appui direct aux populations avaient été débloqués en faveur des secteurs de l’eau, de la santé et de l’appui à la Société civile pour un montant total de 34,4 millions d’euros.

Cette enveloppe de 140 millions d’euros, sur un total de 240 millions, servira à appuyer les efforts du gouvernement en matière de promotion de la Bonne gouvernance, de la protection des droits humains et d’amélioration de la mobilité des personnes et des infrastructures routières.

Une enveloppe de 83 millions d’euros, précise-t-on, sera allouée à l’amélioration du niveau de service du réseau routier, notamment la réhabilitation du tronçon Kissidougou-Guéckédou (sud), un des poumons agricoles et miniers de la Guinée.

Le secteur de la justice bénéficiera d’une enveloppe de 20 millions d’euros destinée à appuyer les efforts du gouvernement en matière de promotion des principes démocratiques et de respect des droits humains, en particulier dans le domaine de la justice et de la lutte contre l’impunité.

Le programme d’appui à la réforme du secteur de la sécurité est doté de 15 millions d’euros, tandis que celui destiné à appuyer la réforme des finances publiques bénéficie d’une aide de 12 millions d’euros en vue de contribuer à améliorer la gouvernance économique et financière.

Le programme d’appui sectoriel à la décentralisation et à la déconcentration, financé pour 10 millions d’euros, devrait rapprocher les services de l’Etat du citoyen en appuyant la mise en œuvre de la « Lettre de Politique Nationale de Décentralisation et de Développement Local» et de son plan d’action ainsi que la promotion de la démocratie locale. » (source: www.afriquejet.com 28 janvier 2014)

Il faut immédiatement donner un signal clair aux pays d’origine de l’immigration illégale (la Guinée est en deuxième position à cet égard).

Il faut immédiatement stopper toute aide, de quelque nature que ce soit, à destination de la Guinée, tant les aides directes de la Belgique vers ce pays, mais aussi au niveau européen.

Si nos gouvernants nationaux et européens avaient ne fut-ce qu’un peu d’amour propre et s’ils avaient le moindre respect pour ceux qui financent cette générosité à sens unique, c’est-à-dire les contribuables belges et européens, ils n’hésiteraient pas une seconde à fermer les robinets financiers.

Mais, que vont-ils faire en réalité ? Protester, s’indigner, négocier, dialoguer, expliquer ? Bref, rien de nature à impressionner un chef d’État africain.

Ensuite on nous dira qu’il ne peut être question de léser les populations locales en raison de la politique menée par leurs responsables politiques et entre temps les 27 déboutés de Steenokkerzeel, dont plusieurs criminels, continuerons à se prélasser. Jusqu’au jour où l’on décidera de les «régulariser» en raison de leur longue présence sur notre sol ou «grâce» à tous les artifices que notre législation met à leur disposition. Une fois de plus, le facture est payée par les contribuables..

Allons, un peu de courage Madame De Block, cette fois-ci la poudre aux yeux de suffira pas, comme vos «ordres de quitter le territoire» que vous avez adressé par la poste à 72.000 illégaux en sachant très bien où ils allaient massivement atterrir !

A propos, combien de ces illégaux ont-ils quitté le territoire après avoir pris connaissance de cet «ordre» ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *