Magda De Block: triomphalisme déplacé

Suite à une question écrite posée 20111207_cartoon_deblock[1]par le député du Vlaams Belang Filip De Man, la Secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration, Magda De Block, indiquait qu’en 2012, 76.497 ordres de quitter le territoire (OQT) avaient été donnés à des demandeurs d’asile déboutés et à des étrangers illégaux. Un nombre encore jamais atteint jusqu’à présent.

Il est vrai que, depuis 2012, une nouvelle méthode est d’application pour l’établissement des statistiques. Quoi qu’il en soit, il est bien question d’une augmentation spectaculaire des délivrances de ces OQT. Selon la nouvelle méthode de comptabilisation, il n’en avait été délivré que 53.151 en 2011. Il s’agit donc d’une augmentation de 44% entre 2011 et 2012. Il est inutile de rappeler que l’immense majorité de ces «ordres» sont jetés à la poubelle par les étrangers illégaux concernés.

Aucune raison de pavoiser

Il est donc parfaitement déplacé de parler d’une politique de l’immigration volontariste d’autant plus que le nombre d’expulsions réellement abouties n’a augmenté que de 25% par rapport à 2011. Il faut mettre en perspective avec les 76.497 OQT et les maigres 9.491 rapatriements forcés et retours volontaires. Il faut donc constater que seuls 12,4% des «ordres» délivrés en 2012 se sont effectivement soldés par un retour à destination du pays d’origine. En 2011, ce pourcentage atteignait encore 14,3%. Il n’y a donc aucune raison de pavoiser.

Le triomphalisme affiché par Madame De Block sur sa politique de rapatriement ne se justifie aucunement sur base des faits: le nombre de rapatriements forcés en 2012 est de moitié moins élevé que ceux diligentés en 2003 et 2004. La capacité d’accueil des centres fermés, clairement insuffisants depuis des années pour mener une politique de rapatriement sérieuse, a même baissé en 2012 passant de 535 à 516 places.

En attendant une prochaine régularisation

Magda de Block ignore donc totalement si les demandeurs d’asile déboutés ou les illégaux interceptés ont obéi aux OQT qui leur ont été donnés et cela dans 7 cas sur 8. Selon l’association «Vluchtelingenwerk Vlaanderen», 78% des personnes qui sont envoyées vers un centre ouvert en vue de leur retour disparaissent dans la nature. Magda De Block ne peut aucunement prouver que ces étrangers sont réellement retournés chez eux. Il faut en conclure que la plupart d’entre eux continuent simplement à vivre sur le territoire belge dans la plus parfaite illégalité en attendant une prochaine régularisation.

Comme des citrons

Dans les faits, il faut constater que c’est une politique particulièrement laxiste qui est menée en ce qui concerne le problème du séjour illégal de milliers de personnes en belgique. Les communiqués triomphants de Maggie De Block sur les chiffres des retours vers les pays d’origine sont ni plus ni moins une escroquerie ordinaire et de la musculation d’avant élection basée sur du vent. L’ordre de quitter de territoire est, plus que jamais, un chiffon de papier voué à atterrir dans la poubelle voire pire. Gardons toujours à l’esprit que cette politique laxiste et irresponsable a un prix et que c’est nous, les contribuables déjà pressés comme des citrons, qui payons la facture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *