L’Open-VLD veut élargir le droit de vote des étrangers

L'Open-VLD veut élargir le droit de vote des étrangersCommuniqué de presse du 30 janvier 2013

Gwendolyn Rutten (présidente des libéraux Flamands) plaide en faveur de l’élargissement du droit de vote aux étrangers.

«Quiconque habite ici et paye des impôt doit avoir le droit de voter» déclare la présidente de l’Open-VLD, Gwendolyn Rutten, aujourd’hui dans une interview au Standaard. Ce qui la met non seulement complétement en porte à faux avec les déclarations faites par les prophètes libéraux Guy Verhofstadt en Karel De Gucht dans un lointain passé, mais également vis-à-vis de tous les autres pays de l’Union Européenne. En effet, il n’y a pas un seul pays européen qui autorise le droit de vote pour les étrangers aux élections parlementaires.

Actuellement, ce droit de vote existe déjà pour les élections communales, à l’initiative notamment des libéraux, ce qui permet à près de 800.000 non-belges de participer à ce suffrage. Avec la proposition de Gwendolyn Rutten, ce qui reste un privilège sera étendu et donc l’élargissement du droit de vote pour les étrangers sera réalisé de facto sans la moindre condition d’intégration citoyenne. Il est clair que la diva bleue n’est absolument pas consciente des conséquences de sa proposition. Ce faisant, la position des flamands dans les grandes villes sera totalement intenable et à Bruxelles, la marginalisation des néerlandophones sera totale.

Pour le Vlaams Belang, le droit de vote doit rester lié à la nationalité et l’obtention de la nationalité doit être le résultat d’un parcours d’intégration et de citoyenneté ponctué d’un examen réussi. Ceci est pourtant une conception classique chez les libéraux.

Gerolf Annemans
Président du Vlaams Belang

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *