Kalachnikovs et drogues: une journée comme les autres à Molenbeek

Kalachnikovs et drogues: une journée comme les autres à MolenbeekMolenbeek, fut, il y a longtemps, l’une des plus belles communes du pays.

Aujourd’hui, il n’en reste presque plus rien. Les dégâts occasionnés par la gestion de Philippe Moureaux ces dix dernières années sont immenses mais entre-temps, c’est Françoise Schepmans qui est devenue bourgmestre. La situation est donc sensée s’être améliorée rapidement, n’est-il pas ?

Malheureusement, il faut constater que Molenbeek souffre toujours autant du fléau de la criminalité. Vers la mi-avril, la police a trouvé une Kalachnikov chez un jeune de 22 ans suspecté d’être un revendeur de drogue. Le jeune homme avait été repéré par la police lorsque celui-ci se livrait à son «petit commerce»: il portait sur lui 12 pilules d’XTC, du cannabis et deux faux billets de 50 euros. S’ensuivit une perquisition et la découverte de cette arme de guerre et ses munitions. Plus tôt dans le mois, la police avait déjà réalisé une belle prise: trois suspects avaient été arrêtés après perquisition: dans leur cas, les forces de l’ordre avaient trouvé 286g d’héroïne, 20g de cocaïne et beaucoup d’argent.

Pas un hasard

Le fait que la police mettent régulièrement la main sur de grandes quantités de drogue et sur des armes de guerre à Molenbeek-Saint-Jean n’est pas un hasard. En 2010 déjà, le syndicat policier NSPV tirait la sonnette d’alarme par la voix de Philip Van Hamme: «Ces derniers mois, à l’occasion de diverses perquisitions, de contrôles de véhicules et passages des parcs au peigne fin, nous avons chaque fois trouvé des Kalachnikovs. Il semble donc qu’il y a pas mal de ces armes qui circulent à Anderlecht et Molenbeek.». la police ajoutait aussi qu’il était possible de se procurer une Kalachnikov  pour 50€. Une arme de guerre coûte donc à Molenbeek moins cher que ce que dépense une famille moyenne pour se nourrir.

Le Vlaams Belang a répété et répète encore que ce pays est une plaque tournante pour le trafic international d’armes. En 2010, nous apprenions que pas moins de 4000 Kalachnikovs étaient en circulation à Bruxelles et rien n’indique que la situation s’améliore. Ajoutons à cela le laxisme des autorités en matière de lutte contre la criminalité et l’attitude encore plus laxiste des vieux partis politiques et vous obtenez un cocktail hautement explosif.

Reste à espérer que le bon sens reviendra avant la déflagration.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *