Immigration: un événement déclencheur

Nous avions osé parler «des étrangers comme de profiteurs de la sécurité sociale sur le compte de notre propre population travailleuse» (page 58 de l’arrêt de Gand) et nous constations que «l’effet de pompe aspirante de notre sécurité sociale ne peut pas être sous-estimé»Au mois de septembre 2011, deux éminents magistrats anversois ont solidement secoué le cocotier. Le procureur-général Yves Liégeois et l’avocat-général Piet Van Den Bon ont osé évoquer dans leur Mercuriale les effets extrêmement négatifs de «l’afflux disproportionné d’étrangers» sur notre sécurité sociale. Ce faisant, ces deux magistrats confirment la justesse du point de vue du Vlaams Belang qui affirme depuis des années que l’immigration a totalement déraillé dans ce pays et que celle-ci détricote littéralement le tissu social.

Il est intéressant de remarquer que le Vlaams Blok a été condamné en 2004 pour avoir dit exactement la même chose que ce qu’avançaient en 2011 ces courageux magistrats.

Nous avions osé parler «des étrangers comme de profiteurs de la sécurité sociale sur le compte de notre propre population travailleuse» (page 58 de l’arrêt de Gand) et nous constations que «l’effet de pompe aspirante de notre sécurité sociale ne peut pas être sous-estimé» (page 74).

Était-ce donc exprimé de façon si tranchante ? Pas plus tranchant que ce que disent les magistrats anversois: «Que la Belgique soit LE pays de cocagne, n’est pas la confirmation d’un mythe mais bien une dangereuse réalité qui est la conséquence de l’actuelle législation. Il est évident que cette réalité fonctionne comme un aimant sur les étrangers à la recherche de meilleures conditions de vie. Notre législation sociale n’est pas adaptée au constat que l’immigration vers notre État providence contient le risque du développement d’une culture de l’allocation. La réglementation inadaptée en la matière est comme un cancer qui ronge notre sécurité sociale». Excusez du peu !

Idem en ce qui concerne le chômage. D’après les juges anversois, notre prose était trop brutale en décrivant «les étrangers comme responsables du chômage de notre propre population». Mais qu’en disent les magistrats d’Anvers: «Cela a évidemment pour effet de fausser la concurrence en défaveur des travailleurs Belges de faible formation, ce qui implique que, en raison du «manque de travail», ceux-ci demandent des allocations de chômage ou font appel au CPAS».

Idem également en ce qui concerne la crise de civilisation: on nous a reproché d’affirmer que «le mélange forcé de peuples, cultures, langues et valeurs signifie la fin de notre civilisation» (page 67), alors que le Tribunal du travail d’Anvers nous met en garde en entrevoyant «la fin de la démocratie» et en dénonçant «des pratiques déstabilisatrices qui mettent en péril l’existence de notre État de droit».

Le travail incessant du Vlaams Belang a permis de placer l’immigration sur l’agenda politique et il a largement imprégné les mentalités en Flandre. Il est quelque peu rassurant de constater qu’aujourd’hui d’autre voix, indépendantes, se joignent de facto au Vlaams Belang pour dénoncer les abus caractérisés, les coûts et les dangers d’une immigration incontrôlée, comme c’est le cas de ces magistrats anversois.

Le Vlaams Belang va publier fin mars de cette année une brochure en français consacrée au coût social de l’immigration. Dès que cette brochure sera disponible, celle-ci vous sera offerte gratuitement sur ce site.

Une réflexion au sujet de « Immigration: un événement déclencheur »

  1. Ping : Dossier: Voyons l’immigration autrement / le coût social et les abus | Patrick Sessler

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *