Ephémérides: 3 avril 1866

3 avril 1866 : Naissance à proxJBM_Hertzog[1]imité de la ville de Wellington dans la Colonie du Cap de , militaire et homme politique au service des Britanniques, qui devint Premier Ministre de l’Union Sud-Africaine entre 1924 et 1939. Face aux gouvernements de Londres, Hertzog a toujours défendu deux principes de base: primauté des intérêts sud-africains propres, même aux dépens de ceux de Londres, et la politique dite des “deux courants” (Two-Streams-Policy), où les deux communautés européennes d’Afrique du Sud, la Britannique et l’Afrikaander pourraient amorcer un développement séparé mais harmonieux, où ni la première ni la seconde ne domineraient l’autre de manière insupportable. Hertzog, juriste de formation, avait présidé la Haute Court de justice de l’Etat Libre d’Orange, pour ensuite devenir un organisateur hors pair de la guérilla des Boers contre les Britanniques.

Après ce conflit sanglant, qui n’a certes pas doré le blason de l’Empire britannique, Hertzog fonde le “Orangia Unie Party”, réclamant l’auto-détermination des colons de souche hollandaise, allemande et huguenote. Dans ce combat politique, il sauve de la disparition la langue afrikaander, en en faisant l’une des deux langues officielles de l’Union Sud-Africaine. En désaccord avec Louis Botha, il fonde en 1914, l’Afrikaander Nationalist Party, qui gagne rapidement le soutien de certaines strates de la population, parce qu’il s’oppose à la guerre contre l’Allemagne. Hertzog fait ensuite voter des lois pour protéger l’industrie sud-africaine contre la spéculation libérale et cosmopolite, dès qu’il accède au pouvoir en 1924, avec l’appui des travaillistes. Il oblige Londres à concéder la “Statut de Westminster” (1931), accordant aux républiques afrikaander le droit de faire sécession de l’Empire britannique. Il amorce également une politique équilibrée de “développement séparé” des Noirs et des Blancs, que dénonceront les extrémistes du “Purified Nationalist Party” de Daniel F. Malan, préconisant un apartheid pur et dur. En 1938, Hertzog triomphe aux élections et en­tend mener une politique de neutralité dans le conflit qui s’annonce en Europe. Mais Smuts, son allié, est pro-britannique et fait passer une motion qui condamne la neutralité; logique avec lui-même, Hertzog démissionne et devient le chef de file de l’opposition au nouveau gouvernement Smuts, allié aux extrémistes de Malan, qui, finalement, torpillent ses mesures de ségrégation tempérée. Il se retire, dégoûté, de la politique à la fin de l’année 1940. Il meurt à Pretoria le 21 novembre 1942.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *