Elections turques dans nos écoles

Plusieurs communes bruxelloises, dont Schaerbeek, ont reçu une circulaire de la ministre de l’Intérieur leur demandant d’organiser les élections présidentielles turques de juillet 2014 en mettant des locaux publics à disposition comme des écoles, du matériel comme des isoloirs et des chaises et du personnel (fonctionnaires et policiers) pour permettre aux (très !) nombreux Turcs présents chez-nous de voter.Décidément, Joëlle Milquet n’est jamais à court d’idées absurdes pour énerver le contribuable moyen.

Plusieurs communes bruxelloises, dont Schaerbeek, ont reçu une circulaire de la ministre de l’Intérieur leur demandant d’organiser les élections présidentielles turques de juillet 2014 en mettant des locaux publics à disposition comme des écoles, du matériel comme des isoloirs et des chaises et du personnel (fonctionnaires et policiers) pour permettre aux (très !) nombreux Turcs présents chez-nous de voter.

Dans la circulaire, l’inimitable Milquet précise que «Comme il s’agit pour les autorités turques de la première organisation d’un scrutin à l’étranger; celles-ci ont sollicité un certain soutien des autorités belges (…)», «Il s’agirait de 20 à 60 bureaux de vote au total en Région de Bruxelles-Capitale».

Milquet souligne que les communes pourront facturer ou non l’utilisation du matériel sollicité, mais quid de la location des locaux et du salaire des fonctionnaires et des policiers ?

Une porte-parole de la ministre ajoute qu’«il n’y a rien d’obligatoire» et que «De plus, la Turquie n’a pas sollicité que la Belgique et demande un soutien du même type à d’autres pays. Cette lettre, il faut la prendre comme une lettre d’information au cas où des communes seraient prêtes à jouer le jeu».

Comme si la commune de Saint-Josse allait refuser d’organiser les élections turques avec un bourgmestre turc ! Comme si la commune de Schaerbeek allait refuser alors que la majorité actuelle est au pouvoir pour une grande part grâce au vote turc. Madame Milquet nous prend vraiment pour des idiots !

Pour le Vlaams Belang, les choses sont claires :

  1. Pas un euro des contribuables pour financer des élections turques à Bruxelles ou ailleurs dans le pays. Stop à la dilapidation de nos moyens financiers en faveur de l’étranger au moment où les autochtones doivent sévèrement se serrer la ceinture.
  2. Par le jeu de la double nationalité, les Turcs qui ont obtenu la nationalité belge pourront voter également pour les élections présidentielles turques. C’est inadmissible.
  3. Pas question d’importer ici les débats politiques turcs.
  4. La Turquie ne fait pas partie de l’union Européenne et il ne peut être question de lui offrir les mêmes facilités que par exemple à nos amis français.
  5. Ceci va créer un dangereux précédent. Pourquoi pas demain organiser les élections marocaines ou congolaises ?
  6. Il est grand temps que le personnel politique de ce pays apprenne à dire NON. Madame NON ne dit non que lorsqu’il s’agit des flamands: pour le reste du monde… c’est OUI. Un peu de repos lui fera le plus grand bien… en Turquie par exemple.

Une réflexion au sujet de « Elections turques dans nos écoles »

  1. Stalpaert

    Ben tiens au frais du contribuable Belge on n’est pas a un GASPI près . Ah oui et que fais on^pour l’élection du Bouquistan en 2015 ? . alley de wind en de cost JP

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *