Colloque du Vlaams Belang sur la souveraineté: morceaux choisis des interventions des orateurs du VB


Marine Le Pen (Front National) et Tom Van Grieken (Vlaams Belang) sur scène.

Tom Van Grieken (Président du Vlaams Belang)

« Chère Marine, je tiens à vous remercier de tout cœur pour votre participation à ce colloque. Nos mouvements respectifs, le Front National et le Vlaams Belang, sont des alliés et des amis de longue date. Donc, je suis certain que notre travail commun au Parlement européen sera fructueux. J’espère en tous cas que la prochaine fois que nous allons pouvoir vous accueillir parmi nous, vous serez devenue présidente de la France ! »

« Il ne faut pas disposer d’une boule de cristal pour comprendre que l’immigration illégale vers l’Europe ne va pas cesser de croître si on n’applique pas rapidement une politique d’immigration correcte et stricte. Au Moyen-Orient et en Afrique, ce ne sont pas des dizaines ou des centaines de milliers de personnes qui attendent une opportunité favorable pour débarquer chez nous, mais des millions de personnes. L’Europe n’est pas en mesure d’accueillir cette masse humaine sans mettre en danger ses propres fondements, sa stabilité, sa prospérité et sa sécurité. Si nous restons les esclaves des petites mains de l’Union Européenne, nous nous suicidons de facto ».

« Les socialistes et les libéraux forment une coalition contre notre société »

« Nos casernes, où nos soldats étaient autrefois entraînés à protéger nos frontières servent aujourd’hui de centre d’accueil pour ceux qui, franchissant frontières après frontières, viennent ici chercher les avantages de notre sécurité sociale. Notre marine, ne sert plus depuis longtemps à nous protéger, elle sert désormais comme ferry-boat pour les demandeurs d’asile entre l’Afrique et l’Europe ».

Gerolf Annemans (député européen du Vlaams Belang)

« Ceux qui nous rejoignent aujourd’hui ont grandement raison de le faire parce que, soit la situation dégénère encore plus soit nous organisons la résistance politique. Nous sommes à la croisée des chemins. Peut-être s’agit-il ici de notre dernière chance. La folie se propage et nous devons déterminer nos stratégies pour la contrer.

“En effet, le continent Européen perd la raison à une vitesse vertigineuse. Pour illustrer mon propos, je me permet ici une citation latine : « Quem Jupiter perdere vult, prius dementat », Comme Jupiter, lorsque les Dieux veulent détruire quelqu’un, ils commencent par lui dérober la raison ».

« L’époque et les heures que nous vivons sont historiques. Nous observons le déclenchement d’un déferlement migratoire jamais vu dans notre histoire. Nous vivons la plus massive des tentatives d’organiser le remplacement de notre population, de nos normes et de nos valeurs. Il ne s’agit plus guère ici de « fuite en raison de guerre » ou même d’ « humanité ». En réalité, il y va de la survie de notre culture ».

« La solution du problème ne se trouve plus au sein de l’Union Européenne. L’UE n’est pas la solution, elle est le problème. La solution est moins d’Union Européenne et le retour du pouvoir entre les mains des États membres et en ce qui concerne le Vlaams Belang, à la future République Flamande.

La souveraineté, le choix de ses amitiés, le pouvoir décisionnel, appartiennent au peuple et à personne d’autre ».

Barbara Pas (Chef de groupe du Vlaams Belang à la Chambre)

« Nous voulons décider seuls de notre sort. Nous voulons contrôler nos frontières nous-mêmes et décider qui entre sur notre territoire et à quelles conditions. Nous n’avons pas besoins d’une belle-mère mêle-tout qui s’occupe de la nomination de nos bourgmestres, du chargement et du déchargements des navires dans nos ports ou de la taille des concombres. Nous voulons pas d’une Flandre indépendante qui confie sa souveraineté à l’Union Européenne. Nous voulons une Flandre souveraine dans une Europe libre ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *