Archives de catégorie : Patrick Sessler

Ils allaient soi-disant payer nos pensions, en fait les immigrés transfèrent plus d’un demi-milliard d’euros par ans de Belgique vers leurs pays d’origine, par Patrick Sessler

Ils allaient soi-disant payer nos pensions, en fait les immigrés transfèrent plus d’un demi-milliard d’euros par ans de Belgique vers leurs pays d’origineCes personnes qui résident en Belgique ont envoyé l’année passée 514 millions d’euros* vers l’étranger. Selon le bureau européen de statistique Eurostat, il s’agit pour la plupart d’immigrés qui virent de l’argent à destination de leur pays d’origine.

Le montant de ces “transferts personnels” tourne depuis des années autour des 500 millions d’euros en Belgique. A peu près la moitié de ce montant part en direction de pays membres de l’Union Européenne et l’autre moitié à destination du reste du monde.

Continuer la lecture

C’est arrivé près de chez moi, par Patrick Sessler

Je ne suis pas raciste mais j'ai les yeux ouvertsCe matin, alors que je faisais mes courses dans mon magasin habituel, je tombe nez à nez avec un type en grande tenue de musulman très pratiquant: longue robe, longue barbe, sandales, etc. Quelques autres clients sont dans les alentours. D’instinct je lui pose la question suivante : “Vous n’avez pas honte de vous présenter dans cet accoutrement après l’horreur de ces enfants massacrés à Manchester par vos coreligionnaires? C’est de la provocation!”.

Continuer la lecture

L’Europe s’éveille enfin ! par Patrick Sessler

Tout ce que le pays compte de bobos, élites autoproclamées, professionnels de la pleurnicherie gauchiste s’est mobilisé avec les médias, les partis politiques, les syndicats, les associations représentant le “camp du bien” et même le Roi Philippe s’est assis sur son devoir de neutralité, d’abord suite au Brexit et plus encore avec l’élection iconoclaste de Donald Trump à la présidence des États-Unis. En effet, le “camp du bien” n’accepte pas le verdict électoral. Il conteste la légitimité des peuples à décider souverainement. En réalité, les masques tombent. Pour le “camp du bien”, la démocratie, c’est quand les électeurs votent majoritairement en faveur de partis politiques qui défendent l’ouverture totale des frontières et l’accueil de millions d’illégaux. En Grande-Bretagne, comme aux États-Unis, les électeurs ont voté majoritairement en faveur du rétablissement de la souveraineté et donc des frontières, du coup, le “camp du bien” conteste les résultats des élections. Ce comportement ressemble furieusement à celui des grands totalitarismes du XXème siècle.

Continuer la lecture

PAYS-BAS: LA GRANDE MANIP !, par Patrick Sessler

Pays-Bas: la grande manipulationTout ce que le pays compte de bobos, élites autoproclamées, professionnels de la pleurnicherie gauchiste se sont mobilisés avec les médias, les partis politiques, les syndicats, les associations représentant le «camp du bien» et même le Roi Philippe (qui s’est pour l’occasion royalement assis sur son devoir de neutralité) pour nier toute légitimité au Brexit britannique et à l’élection iconoclaste de Donald Trump à la présidence des États-Unis. En effet, le «camp du bien» n’accepte pas le verdict électoral. Il conteste la légitimité des peuples à décider souverainement. En réalité, les masques tombent. Pour le «camp du bien», la démocratie, c’est quand les électeurs votent majoritairement en faveur de partis politiques qui défendent l’ouverture totale des frontières et l’accueil de millions d’illégaux. En Grande-Bretagne, comme aux États-Unis, les électeurs ont voté majoritairement en faveur du rétablissement de la souveraineté et donc des frontières, du coup, le «camp du bien» conteste les résultats des élections. Ce comportement ressemble furieusement à celui des grands totalitarismes du XXème siècle.

Continuer la lecture

Question de bon sens, par Patrick Sessler

Pouvoir du peupleNous, nationalistes, nous avons raison depuis des décennies sur l’immigration et ses effets secondaires comme, entre autres, la criminalité.

Les faits, chaque jour, démontrent combien nos analyses ont été et sont encore pertinentes a contrario de tous les discours officiels sur la question.

Il fallait faire taire les dissidents, ceux qui avaient l’outrecuidance de penser et de dire que l’immigration massive n’était peut-être pas un conte de fées et qu’elle pouvait même se révéler un cauchemar.

Continuer la lecture