Les “revenus d’intégration” octroyés aux demandeurs d’asile coûtent 5 fois plus que prévu: la facture s’élève à 137 millions d’euros

Les “revenus d’intégration” octroyés aux demandeurs d’asile coûtent 5 fois plus que prévuLes demandeurs d’asile reconnus et les personnes qui jouissent d’un statut de protection subsidiaire peuvent prétendre à recevoir une aide financière égale au «revenu d’intégration» (ancien minimex). En 2015, le montant ainsi déboursé par le Trésor belge était de 137 millions d’euros, c’est ce que révèlent les chiffres obtenus par la députée du Vlaams Belang Barbara Pas auprès du département concerné. Ce chiffre est remarquable parce qu’il est significativement plus important que ce qui était prévu et communiqué par le gouvernement.

Barbara Pas, députée du Vlaams Belang, interrogeait en début d’année le ministre de l’intégration Borsus (MR) sur le coût total des «revenus d’intégration» dévolus aux demandeurs d’asile reconnus en 2015. Sa réponse était la suivante à l’époque: 22 millions d’euros.

Continuer la lecture

Propositions sur les illégaux à Bruxelles: une approche radicale s’impose !

Propositions sur les illégaux à Bruxelles: une approche radicale s’impose !Le nombre exact des illégaux qui vivent à Bruxelles n’est pas connu, mais les experts avancent un chiffre de 100.000 personnes. Il s’agit de demandeurs d’asile déboutés et qui ont reçu un ordre de quitter le territoire, mais qui s’incrustent ici sans être dérangés en raison du laxisme du gouvernement, et de personnes qui sont dans l’illégalité sans avoir jamais introduit une demande d’asile.

La présence massive de ces illégaux est une charge considérable pour Bruxelles et les Bruxellois à plus d’un égard. C’est ainsi que le pourcentage des illégaux incriminés dans des faits criminels à Bruxelles est singulièrement élevé. Ils sont aussi une charge financière importante portée par les contribuables bruxellois.

Continuer la lecture

Où sont les emplois ?, par Roeland Van Walleghem, ancien Sénateur du Vlaams Belang

Roeland Van Walleghem ancien Sénateur du Vlaams Belang (Blok à l'époque)

Roeland Van Walleghem
ancien Sénateur du Vlaams Belang (Blok à l’époque)

Vous connaissez la ritournelle du gouvernement (et de la N-VA) qui répète que le socio-économique est absolument prioritaire et que cela permettra de créer des emplois, des emplois et encore des emplois. Dans la pratique, chaque phrase prononcée par Kris Peeters (CD&V), Charles Michel (MR) ou Alexander De Croo est ponctuée au moins une fois par le mot emploi. A les croire, on s’imagine que des masses de personnes sont désormais au travail.

Mais qu’en est-il exactement ? Nous sommes arrivés à la moitié de la législature du gouvernement Charles Michel, il est donc temps de vérifier concrètement ce que la tax-shift, le saut d’index, la taxe Caïman et les autres taxes ont livré comme résultat. Ne nous avait-on pas dit que les sacrifices consentis par la population allaient ouvrir de nouvelles perspectives d’emploi ?

Bien, il suffit de consulter le site officiel du ministère de l’Économie (voir le lien ci-dessous) pour être édifié. Fin septembre 2014 – au moment de l’entrée en fonction de ce gouvernement – il y avait 4.304.095 des plus de 15 ans qui étaient inactifs. Aujourd’hui, ils sont (+ 110.498). Ces chiffres déprimants sont comparables au nombre de la population active. Pour la même période on compte respectivement  4.575.276 et 4.555.082 d’actifs, soit, une diminution de 20.194 jobs.  Remarque importante: ces chiffres ne prennent pas encore en compte les licenciements massifs de Caterpillar, Douwe Egberts, MS-mode, ING et bien d’autres encore.  Agoria, la fédération des industries technologiques, a évalué que la fermeture de Caterpillar allait avoir un impact directement et indirectement sur 3.600 emplois. Ce chiffre pourrait même exploser jusqu’à 5000 jobs. De même en ce qui concerne les chiffres des licenciements chez ING, au 3.500 emplois perdus annoncés, il faudra ajouter les emplois perdus au sein des bureaux indépendants du groupe. Il s’agirait de 1.200 emplois supplémentaires qui seraient en danger.

Continuer la lecture

Question de bon sens, par Patrick Sessler

Pouvoir du peupleNous, nationalistes, nous avons raison depuis des décennies sur l’immigration et ses effets secondaires comme, entre autres, la criminalité.

Les faits, chaque jour, démontrent combien nos analyses ont été et sont encore pertinentes a contrario de tous les discours officiels sur la question.

Il fallait faire taire les dissidents, ceux qui avaient l’outrecuidance de penser et de dire que l’immigration massive n’était peut-être pas un conte de fées et qu’elle pouvait même se révéler un cauchemar.

Continuer la lecture

Le premier site de réinformation européenne: Eurolibertés

logo-eurolibertesEntretien avec Philippe Randa, directeur du site EuroLibertés (http://eurolibertes.com). (Propos recueillis par Aliéonor Marquet)

Aliéonor Marquet: Pourquoi un site de «réinformation européenne» ? Beaucoup de sites actuels parlent de l’Europe…

Philippe Randa: Aborder des questions ponctuelles sur notre continent dans un cadre politique, religieux ou culturel plus large n’est pas répondre forcément aux questions que les lecteurs se posent sur lhttps://www.google.be/?pws=0’Europe. Contrairement aux idées reçues, peu de sites se préoccupent des problématiques européennes, de leurs causes et de leurs conséquences sur la vie quotidienne des pays qui la composent… tout comme sur celles des pays qui n’en font pas partie, d’ailleurs! Et les rares médias qui parlent de l’Europe sont quasiment tous partisans de l’avènement de ce «village mondial» dont Georges Orwell nous a offert un aperçu dans son ouvrage d’anticipation de référence, 1984. Depuis longtemps déjà, les responsables de TVLibertés, comme moi-même, songions à la nécessité et à l’urgence d’une réinformation européenne… Alors, au cours d’une de nos rencontres – et elles sont fréquentes! – l’évidence s’est imposée : si nous n’étions pas satisfaits de ce qui existait, d’autres ne l’étaient sans doute pas non plus. La conclusion s’imposait : s’y atteler… et le plus vite possible. Si la foi soulève des montagnes, dit-on, nous estimons que l’énergie permet de relever tous les défis… Et de l’énergie, nous n’en manquons pas !

Continuer la lecture